Des voeux très révélateurs…

Hier, le Président du Conseil Général, Philippe Madrelle, a présenté ses vœux aux personnels de l’institution départementale dans le nouveau et grand hall de l’immeuble Gironde à Mériadec (dont l’architecture se veut moderne mais possède une acoustique de bien médiocre qualité).

Ce fut un discours au débit très rapide qui développa trois thèmes principaux : l’auto-promotion et le satisfécit de la majorité départementale avec, en particulier, la fierté réaffirmée d’être le deuxième employeur d’Aquitaine, puis ce fut l’attaque en règle de toutes les actions ou les intentions du gouvernement, et enfin, le constat de la crise qui touche notre pays, l’Europe et le monde avec les conséquences à redouter dans un proche avenir.

Bref, un bel exercice de propagande, tout en critiques négatives. Ce qui donna à la phrase de clôture concernant les vœux de bonheur et réussite, un caractère pour le moins incongru…

Au-delà de ce discours, c’est surtout l’illustration de la ligne politique de ceux qui dirigent aujourd’hui le PS : une opposition systématique, une absence totale de volonté de faire front commun face à la crise, un discours jamais positif, ni susceptible de redonner confiance (la confiance est pourtant un élément important de la relance).

Plus criant encore : c’est l’absence de projet alternatif, les seules propositions avancées étant  toujours les vielles recettes, comme celles de l’emploi public. Or, face à la dette publique actuelle et future, comment peut-on encore penser que recruter à tour de bras les français dans la fonction publique, est, en soi, un programme pragmatique et économiquement viable ?!…

Adrien DEBEVER

Conso, Boulot, Dodo – 7 jours/7

Serait-ce mon dernier dimanche où je ne suis pas obligé de travailler, pendant lequel j’en profite pour écrire ce billet? En effet, le gouvernement souhaite libéraliser  le travail le dimanche, dernière déclinaison du « travailler plus pour gagner plus ». Derrière ce slogan, c’est le projet de société du candidat Sarkozy, devenu Président, qui transpire : il souhaite calquer le modèle anglo-saxon à la société française.

Cela implique pour tous de s’accomplir sur le plan personnel par la consommation de masse et pour beaucoup un cumul de plusieurs petits  emplois tout au long de la semaine pour pouvoir s’en sortir, compte tenu de salaires trop bas et d’une précarité constante de l’emploi.

Cette société de l’argent est bien loin du modèle humaniste auquel beaucoup d’entre nous aspirent plus ou moins consciemment.

Le dimanche, en effet, est un jour essentiel qui permet de faire une pause dans notre consommation compulsive. Il nous permet d’exprimer  les autres facettes de notre personnalité et de répondre à nos besoins de culture, de sport et de spiritualité.

C’est aussi du temps à consacrer à nos proches et nos familles, pilier de toute civilisation. Cette journée commune permet l’éducation des enfants,  la transmission des valeurs et des savoirs entre les générations.

Dans sa Lettre à l’éléphant, Romain Gary, dès 1968, percevait ce péril : « Dans une société, vraiment matérialiste et réaliste, poètes, écrivains, artistes, rêveurs et éléphants ne sont plus que des gêneurs. Dans un tel monde, il se pourrait bien qu’il n’y eût plus de place pour l’Homme. Tout ce qui restera de nous, ce seront des robots ».

En 2008, il faut donc, plus que jamais, lutter pour que l’humain ne soit pas réduit à une force productive ou une cible marketing. Cette lutte passe par la liberté  et  le  droit de ne pas travailler et de ne pas consommer le dimanche…

Adrien DEBEVER

Réforme de France Télévision : symbole d’une gouvernance !

La disparition de la publicité sur France Télévision et la désignation de son président par le chef de l’Etat, voilà une réforme qui symbolise parfaitement la gouvernance de Nicolas Sarkozy.

Sous prétexte de moderniser et de rendre plus qualitative l’offre de la télévision publique (ce qui peut être traité de façon bien différente), le Président de la République atteint deux objectifs qui sont récurrents dans un grand nombre de mesures prises depuis son élection :

– Centraliser sur sa personne un maximum de pouvoir et  maitriser le plus possible les médias afin de contrôler le traitement de son image en limitant la critique et la caricature (dérives déjà observées en Italie avec Berlusconi).

– Œuvrer en priorité dans l’intérêt des « élites économiques et capitalistiques » du pays, les grands groupes, et plus particulièrement les « grands patrons » qui sont ses amis personnels. Cette réforme offre ainsi une manne financière inespérée aux chaines privées (car la disparition de la pub sur les chaines publiques fait monter la demande d’espaces pub dans le privé ainsi que les prix) et en particulier TF1 qui appartient à un certain Martin Bouygues !

Cette pratique du pouvoir ne fait pas l’unanimité dans les rangs de la majorité mais seules quelques voix se font entendre. C’est sur des sujets comme celui-là que le parlement doit jouer son rôle et défendre l’équilibre des pouvoirs et cela, toutes étiquettes politiques confondues…

Adrien DEBEVER

L’implosion du PS ?

C’est un bien triste spectacle que nous a offert le Parti Socialiste lors du renouvellement de sa direction nationale. C’est un parti plus que jamais sclérosé et incapable de se renouveler avec des pratiques d’un autre âge. En effet, que penser de ce vote qui se voulait un modèle de démocratie et qui, à l’arrivée, est une succession de tricheries où les fédérations départementales rivalisent en techniques de magouilles (à noter la belle performance de la fédération girondine !).

Derrière ce constat pathétique, il se dégage une réalité : le PS n’est plus capable de jouer son rôle de parti d’opposition, et de proposer un projet alternatif au pouvoir en place. Ce parti est profondément coupé en deux sur la base de conflits de personnes fratricides et sans doute irréversibles. Mais, plus grave encore, c’est la ligne politique qui n’existe plus, les socialistes sont aujourd’hui composés de courants si éloignés idéologiquement qu’un projet de société commun et cohérent est impossible.

Plus que jamais le Modem représente la solution à cette absence de propositions et de contre pouvoir. Sa modernité et son projet de société doivent maintenant prendre de l’ampleur et fédérer autour de lui toutes les personnes qui prônent un capitalisme social (cela concerne autant les héritiers du gaullisme que certains partisans de Ségolène Royal).

Il ne faut pas avoir peur du changement, car c’est dans la nouveauté que l’on trouvera l’énergie nécessaire pour surmonter nos difficultés actuelles…

Adrien DEBEVER

Victoire de Barack Obama

Yes, we can
Yes, we can

A la suite de l’ élection du leader du parti démocrate à la tête des Etats Unis d’Amérique, François Bayrou a réagit en estimant que « le monde respire mieux après la victoire de Barack Obama »

François Bayrou a estimé mercredi que le monde respire mieux, après la victoire de Barack Obama à l’élection présidentielle américaine. « Après le désastre des années Bush, l’élection de Barack Obama fait que le monde respire mieux.

Nous savons que le nouveau président n’aura pas une baguette magique, qu’il ne résoudra pas tous les problèmes en un jour et que dans l’ombre, de puissants intérêts ne se laisseront pas oublier. Mais au moins pouvons-nous espérer qu’une nouvelle vision, plus ouverte, plus généreuse, plus sociale, inspire la politique américaine.

Nous pouvons espérer qu’Europe et Etats-Unis, avec les autres grandes régions du monde, inventent ensemble un partenariat pour la planète. Ensemble, ils peuvent répondre à la grande question : la démocratie peut-elle gouverner le monde, au lieu de la force militaire ou de la force de l’argent ?

Cette élection représente également un message personnel à des centaines de millions d’hommes et de femmes, de garçons et de filles, à la peau noire, qui ont vécu l’expérience de la discrimination. Pour eux, ce n’est pas seulement une grande nouvelle politique, c’est une grande nouvelle humaine, un grand espoir pour leur vie. »

Coup de jeune

JoanTaris, âgé de 32 ans, est le nouveau président départemental d’un mouvement en pleine transformation

Le Modem départemental s’est donné pour président un homme de 32 ans, Joan Taris, ce qui colle bien à l’image rajeunie du mouvement de François Bayrou. Entré à 17 ans au CDS (Centre des démocrates sociaux), passé ensuite à l’UDF, cet ancien étudiant à l’IEP de Bordeaux, aujourd’hui conseiller municipal à Blanquefort et attaché parlementaire du député de Mayotte Abdoulatifou Aly, est cependant un homme politique déjà expérimenté.

Il a su réunir autour de lui un conglomérat d’anciens notables UDF et de nouveaux venus, désireux d’en finir avec l’affrontement binaire droite gauche. Ce succès le console de quelques déconvenues électorales face au duo socialiste Vincent Feltesse-Christine Bost dans son secteur géographique, il est vrai très encombré.

Une seule voix.

Par 508 voix contre 302, Joan Taris l’a nettement emporté. Mais sans écraser pour autant la liste de son challenger Bruno Asseray. Le rapport final (63 %-36 %) est grosso modo ce que l’on attendait : « Je voulais réunir plus de 30 % des voix et j’ai donc dépassé mon objectif », assure M. Asseray, qui entre donc au Conseil départemental avec 48 de ses amis face à une majorité de 82 sièges. Largement de quoi faire entendre une voix d’opposition.Mais pour Joan Taris, le rapport de force n’est plus à l’ordre du jour, si ce n’est pour préciser comme un avertissement : « L’heure est désormais au rassemblement et au dépassement des clivages. Mais je n’accepterai pas que le Modem soit parasité par d’autres voix que la parole officielle. » L’élu blanquefortais a beau être jeune, il manifeste déjà une autorité de patron. Ce qui ne sera pas inutile dans une collectivité où la libre expression entre parfois en conflit avec la stratégie de parti. Le nouveau président pense qu’il faut désormais resserrer les boulons après « une période de flou artistique qui a joué sur le climat intérieur ».

Adhérents perdus. Il faut dire que Joan Taris a déjà connu l’expérience managériale, en présidant une grosse mutuelle estudiantine comprenant 80 salariés : « Un exercice très formateur ».Dispensé d’un mandat lourd, cette liberté de manoeuvre ne l’a pas desservi dans sa prise de pouvoir, que Bruno Asseray a tenu lui-même à saluer : « C’est bien que le représentant d’une nouvelle génération nous permette de tourner la page de l’ère Cazabonne ».Pour l’admirateur de François Bayrou (« je lui reconnais avant tout son courage », dit-il), les difficultés ne vont plus tarder. Le Modem devrait présenter un candidat aux législatives partielles sur la huitième circonscription, puis à la probable municipale de Saint-Jean-d’Illac. Mais il lui faudra aussi récupérer les adhérents perdus. Car si le ton était au rassemblement hier, Bruno Asseray n’en pose pas moins la question : « Qu’est devenu le millier d’adhérents perdu en un an ? » Sur 2 075 inscrits, seulement 925 militants ont voté. C’est tout de même mieux qu’en Charente-Maritime, où l’on a enregistré seulement 30 % de votants. Le Modem est encore loin de concurrencer l’UMP et le PS.

Auteur : Hervé Mathurin

Source sudouest.com

Retour de Cap Esterel

De retour de l’université de rentrée du Modem, le premier bilan c’est celui d’un parti qui fait preuve d’unité et qui respire la joie de vivre. L’ambiance fut en effet studieuse et très festive. Après un été qui aura vu la très forte présence médiatique de François Bayrou, le parti est en ordre de marche pour les prochaines échéances et en particulier les élections européennes pour lesquelles nous avons un rôle majeur à jouer.

Jean Lassalle à Bordeaux

Depuis plus d’un an, il est très pénible de voir la sous représentation du Modem dans la vie politico-médiatique. Cela est, en grande partie, le fait du mode de scrutin des législatives qui ne permet pas une représentation fidèle des opinions politiques des citoyens et force artificiellement le bipartisme.

Dans ce contexte, nous avons au Modem seulement trois députés mais d’une telle valeur et d’un tel courage qu’ils font souvent oublier leur faible nombre.

Jean Lassalle est l’un d’entre eux et lors de sa venue à Bordeaux, il nous a encore prouvé sa générosité et la force de son engagement.

C’est un exemple à suivre dans notre quotidien pour diffuser autour de nous les valeurs et le programme du Modem. La tache est rude mais belle et « à cœur vaillant rien d’impossible « !…

Adrien DEBEVER